Follow:
Humeurs

L’amitié, à presque 40 ans.

Hello les filles !

J’avais envie d’aborder un sujet que je n’ai jamais vu ailleurs. Et qui me parait important aujourd’hui. Importance toute relative quand même, puisque j’avais envie de parler de l’amitié.

Vaste programme me direz-vous…

Mais aujourd’hui, à 30 ans ben tassés, je réalise pas mal de chose sur l’amitié, et surtout je me pose la question de savoir si nous avons toutes la même vision de l’amitié. Et si l’amitié n’évoluerait pas avec l’âge ?

.

L’amitié quand on est enfant/jeune adulte


Quand je vois ma fille de presque 10 ans, je me dis que l’amitié c’est cool. T’es pote avec tout le monde. Parfois tu te fâches, mais le lendemain c’est oublié.

Gamine j’avais aussi plein de copines. On ne se disputait pas vraiment, on était tout le temps chez les unes et chez les autres. C’était la belle vie !

A cet âge insouciant, l’amitié n’est que bienveillance (la plupart du temps).

En grandissant, les choses ne changent pas vraiment. Si ce n’est à l’adolescence, ou les histoires de coeur peuvent rentrer en ligne de compte…

Mais sinon globalement jusqu’à la petite trentaine, je n’ai pas vraiment observé de différences dans mes différentes relations amicales.
J’avais des copines, on s’amusait, on faisait la fête. C’était vraiment des relations sans prise de tête.

Mais depuis peu, je trouve que mes relations amicales sont différentes. Je m’en rends compte en fait, depuis que j’ai des enfants.

.

L’amitié quand on est parent


Depuis que j’ai des enfants, j’ai rencontré de nouvelles personnes. Forcément, avec la crèche, l’école et le square, il y a des tonnes d’occasions de rencontrer de nouvelles têtes. Et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre. J’adore rencontrer de nouvelles personnes.

Mais ces “nouvelles” amies, que je me suis faites depuis que je suis parent, sont bien différentes de celles que j’avais avant.

Je précise cependant un point : je parle d'”amie” et pas de “copine”. La copine c’est celle avec qui tu passe du bon temps mais dont tu ne connais pas les enfants par exemple, ni le mari. Ca va être par exemple la copine de boulot, ou la copine de salle de sport. Une connaissance +++.

Je disais donc que mes nouvelles amies, depuis que je suis maman, sont différentes de celles d’avant. Comme si la parentalité leur donnaient de nouveaux droits. Le droit d’être méchante, blessante.

Attention, je ne mets pas toutes mes amies dans le même panier, heureusement. Mais je remarque que les déceptions amicales sont plus fréquentes maintenant.

Comme si j’attendais de mes amies d’aujourd’hui, qu’elles soient comme mes amies d’avant.

Aujourd’hui, je me prends plus de claques qu’avant, de la part d’amies que je ne connais pas forcément depuis très longtemps. Je suis également déçue par des situations, des phrases blessantes, qui peuvent provenir d’amies, même de longue date.

Comme si j’en attendais trop… Comme si j’attendais de cette relation, qu’elle soit celle de mes 20 ans.

.

Choisir ses amis


Comme le dit le dicton : “on ne choisit pas sa famille mais on choisit ses amis”. Et c’est vrai, les amis on les choisit. On peut dire stop à une relation qui ne nous apporte rien. Sauf que moi j’ai du mal à le faire. J’ai du mal à dire non à quelqu’un que je pensais être mon amie.

Je l’ai fait pourtant, une fois. J’ai osé dire ses 4 vérités à une amie qui avait clairement abusé.

Du coup comme on les choisit, j’en déduis que pour être heureux en amitié, il faut choisir quelqu’un qui soit un peu comme nous. Qui ait les mêmes centres d’intérêt, la même vision des choses. Un peu comme en amour finalement.

Ce qui n’est pas si simple, car on a beau rencontrer pas mal de personnes tout au long de notre vie, ne garder que les bonnes n’est pas facile. On s’en rend compte souvent à nos dépends. Et dans ce cas, on a 2 solutions : le dire clairement à la personne, ou bien laisser pourrir la situation jusqu’à ce que cette relation meurt d’elle même.

Je suis plutôt partisane de la 2ème option, que je trouve moins violente que la première. Et puis surtout, je me vois mal dire à quelqu’un : “désolée, j’ai décidé de mettre fin à notre relation AMICALE”… Ca parait bizarre.

J’ai trouvé, le jour où j’ai rédigé cet article, une très jolie citation de John Joos qui a parfaitement résumé ma pensée :

“En amitié, comme en amour, deux personnes sont faites l’une pour l’autre,
si elles parviennent à se rendre mutuellement meilleures.”

 

 

 

Share on
Previous Post Next Post

Vous aimerez surement

22 Comments

  • Reply Penat13

    Alors personnellement je pense que j’attends trop de l’autre. J’ai eu deux très grandes déceptions il y a plusieurs années que j’ai eu du mal à digérer. Avec le recul je ne comprends toujours pas pourquoi mes amies ont coupé les ponts et j’aurais préféré une explication … Depuis, je multiplie les connaissances et j’ai très peur de m’engager en amitié . Par contre, mes amies sont toujours très différentes de Moi soit en âge soit par leur activité, loisirs …

    12 avril 2018 at 09:11
    • Reply MamaFunky

      Comme toi j’attends trop et je suis décue. Après j’ai des copines qui sont aussi très différentes de moi. La plupart d’ailleurs. Mais ca ne passe pas toujours

      12 avril 2018 at 12:32
  • Reply Mammzelle Cora

    Pareil j’ai 3 grandes déceptions amicales. J’ai de plus en plus de mal à faire confiance. J’ai tellement eu du mal à digérer et aujourd’hui encore je me dis mais qu’est ce que je leur ai fait. Je ne trouve pas la réponse.
    J’ai aujourd’hui 2/3 amies vraiment proches qui sont un peu différente de moi. Je suis à peu près sur les mêmes âges. Mais pas facile de savoir si je peux avoir totalement confiance.

    12 avril 2018 at 09:56
    • Reply MamaFunky

      moi j’ai eu des déceptions. Et surtout une grosse à laquelle je ne comprends rien. une de mes meilleurs amies d’enfance qui s’est éloignée petit à petit. J’ai bien une idée, mais ca reste une idée. ET aujourd’hui on ne se connait plus… Deux étrangères. C’est bizarre

      12 avril 2018 at 12:34
  • Reply Laetitia

    Ma plumette qui t’a fait du mal??

    12 avril 2018 at 10:48
  • Reply Stef

    Merci pour ce sujet qui me ” parle ” beaucoup ! 2 grosses erreurs d’amitié dans mon passé ; j’ai été blessée , j’ai cherché à comprendre sans n’avoir jamais d’explication , et puis un jour ,j’ai décidé que c’était tant pis pour elles de ne plus faire partie de ma vie . Elles ont fait un bout de trajet avec moi mais ne devaient pas rester jusqu’au bout , c’est comme ça .

    12 avril 2018 at 19:25
    • Reply MamaFunky

      oui je vois qu’on a toutes eu des déceptions amicales… je trouve que c’est difficile de s’en remettre.

      13 avril 2018 at 09:39
  • Reply julesetmoa

    Curieusement je n’ai trouvé de réelles amies que depuis quelques années, depuis que je suis adulte en fait. Je pense que mon implication est beaucoup plus grande.

    13 avril 2018 at 14:07
    • Reply MamaFunky

      Ah oui ? Quelle chance ! Moi je me sens trop impliquée justement…. Et du coup je suis trop souvent déçue.

      13 avril 2018 at 14:52
  • Reply Emma

    Bel article! Personnellement je suis plus sélective entre amie et copine. Pour moi une amitié se mérite et elle ne peut être que le fruit d’une relation longue, basée sur une confiance réciproque.
    Une amie c’est quelqu’un que l’on peut appeler quand on a un problème, quelqu’un avec qui on a envie de partager les bonnes nouvelles. Pour toutes ses raisons, j’adore la mienne! ❤️

    13 avril 2018 at 23:17
    • Reply MamaFunky

      tu as le chance. Chouchoute la bien.

      14 avril 2018 at 10:11
  • Reply Letoile

    Bonjour,
    Le sujet m’intéresse beaucoup. Je crois effectivement à un changement dans la manière dont on vit une amitié, passé le cap des enfants et par ailleurs il me parait important de distinguer les amitiés anciennes nouées pendant l’enfance ou l´adolescence, de celles apparues à l’age adulte (j’entends après les études, quand on commence à être indépendant et travailler).
    Quand on est ado, c’est le moment merveilleux où on peut recruter des gens très très différents de soi. Et ce qui est une richesse tant qu’on est jeune va petit à petit devenir une source de tensions, voire de jalousie, d’où les amitiés de 20 ans qui volent brusquement en éclats sans qu’on comprenne bien pourquoi.
    Plus on vieillit, plus on va vers des gens qui nous ressemblent. Moins de richesse, mais plus de compréhension. C’est bien aussi.
    Bon, les exceptions existent toujours.
    Et oui, comme tout le monde j’ai eu mon lot de déceptions. Et comme tout le monde, j’ai également laissé mourir des histoires fades, ou incompatibles, d’autant plus que je déménage souvent. Ne survivent que les histoires en or massif. Tant pis pour les autres même si ça peut paraître dur. Parfois il faut savoir dire stop si on sent qu’on perd son temps.
    Et les histoires sont plus apaisées qu’avant. Je ne demande plus à mes amies la loyauté qu’on exigeait d’elles quand on avait 18 ans, parce que je sais que, pour elles comme pour moi, la famille passe avant. En revanche je crois qu’en cas de coup dur, nous serons là, les unes pour les autres.
    Oui clairement l’amitié évolue vers quelque chose de plus mûr, plus respectueux de l’autre aussi.
    Bises
    Carol (44 ans)

    21 avril 2018 at 08:26
    • Reply MamaFunky

      Je crois que tu as tout dit.
      Il me reste une seule amie d’avant mes 18 ans. Mes c’est la meilleure de toutes !

      21 avril 2018 at 14:09
  • Reply Fine Bessot

    Voilà un article qui m’interpelle, car j’ai éprouvé exactement les mêmes sentiments sans trop savoir mettre les mots dessus. En vieillissant je me rends compte de la difficulté à avoir de bonnes relations amicales avec les autres, hommes ou femmes.
    Cette phrase : “tu attends trop des autres”, une “amie” me l’a dite exactement quand j’avais 40 ans et je n’ai pas compris pourquoi puisque je n’attendais rien de particulier d’elle si ce n’est que notre relation perdure. Il n’en a rien été, je ne l’ai plus jamais revue.
    Maintenant j’ai 70 ans et c’est de plus en plus difficile de se faire des amis, voire impossible. Mes vrais amis sont ceux que je connais depuis des dizaines d’années voire depuis ma jeunesse, qui sont éparpillés dans toute la France et l’Europe et que malheureusement je ne vois plus souvent parce que la vie et l’époque en ont décidé ainsi.
    De vous avoir lu m’a permis de comprendre que je ne suis pas toute seule à avoir remarqué que l’amitié est un bien très fragile. Merci.
    Fine.

    21 avril 2018 at 08:58
    • Reply MamaFunky

      Ooooh que non, je crois malheureusement que c’est une phénomène très actuel.
      C’est compliqué de trouver sa moitié amoureuse. ET je pense que c’est tout aussi compliqué de trouver sa moitié “amicale”…

      21 avril 2018 at 14:10
  • Reply Kid Friendly

    Avec l’âge on a aussi moins envie de s’embarrasser de relations bancales… On fait davantage le tri… On a aussi plus d’attentes envers ses amies que ses copines parce qu’on donne davantage. Et les gens changent et ça on n’y peut rien… J’ai eu 2 grosses déceptions. La première amie s’est éloignée comme la tienne sans que je comprenne trop pourquoi. Du coup quand une seconde a changé et commencé à s’éloigner je n’ai surtout pas voulu reproduire. Quand j’ai vu que la relation me contrariait énormément et ne m’apportait plus rien alors que j’avais beaucoup donné, cette fois c’est moi qui ai coupé les ponts…
    Voilà c’est comme ça, c’est compliqué l’amitié… des fois ça tient, des fois pas alors qu’on était persuadé que ça durerait toujours…

    21 avril 2018 at 16:32
    • Reply MamaFunky

      Oui je pense qu’en murissant on ne s’embarrasse plus tu as raison.

      21 avril 2018 at 17:31
  • Reply Ronchon

    Un sujet qui m’interpelle aussi, et je suis un mec de bientot 40 ans. Je vais donner mon avis en tant qu’homme puisque je suis sur un forum feminin. Je vis en dehors de l’europe depuis 15 ans donc mon avis ne represente peut-etre pas la moyenne “francaise”. C’est interessant quand vous dites que le point cle c’est l’entree dans la vie des enfants. Mes amis sont bien evidemment en large majorite des hommes et je pense que lorsque des enfants arrivent, leurs femmes prennent plus de poids dans les decisions. A mon avis ce n’est pas tant les enfants le probleme, mais plutot la femme qui dit “ah non tu ne peux pas sortir tu as des enfants” ou “ah tu sors et moi je reste seul garder les enfants?” ou “Ah non Michel ne peut pas dormir a la maison comme avant”. En fait je pense que les enfants sont la bonne excuse de la femme pour garder le mari a la maison ou faire en sorte qu’il voit moins ses amis qu’elle appreciait moderement a l’epoque (c’etait les amis de son mec, pas les siens). Et a force le pire c’est que le mari en arrive a etre persuade et peut sortir des conneries du genre “tu verras quand tu auras des enfants”. Je verrai quoi quand j’aurais des enfants? Parce qu’on a pas d’enfant il y a des subtilite qu’on arrive pas a comprendre? Evidemment que je comprends ce que c’est d’avoir des enfants et qu’on a moins de temps. Maintenant j’ai ete aussi enfant seul avec ma mere dans un environnement ou beaucoup de ses amis passaient a la maison, et etant enfant j’adorais cela, ca me faisait voir du monde sinon ma vie seul avec ma mere etait un peu triste. J’ai d’ailleurs deux bonnes copines avec un enfant, et quand je passe en France cela n’a rien change pour elles concernant notre relation, on passe toujours une soiree ensemble et je dors chez elles pour raison de facilite et eviter de finir la soiree a 23h. Evidemment il y a le bebe a changer, a nourrir, a faire dormir, et faudra se lever tot le lendemain…et alors? Ca empeche de discuter en meme temps de nos vies avec une bouteille de vin alors que cela fait 2 ans que je ne suis pas passe en France?

    Comme quoi quand la femme a ses propres amis avoir un enfant ne change pas grand chose pour les voir, par contre ca change pour tolerer les amis de son mari…

    Mais si je reviens aux amis mecs et le sujet d’origine, j’ai effectivement eu quelques deceptions. Une partie peut-etre lie au fait que les couples avec enfants ont plus tendance a aller trouver d’autres couples avec enfants, j’imagine pour un besoin vital de parler layette et de la derniere poussette a la mode. Je comprends ce besoin de partage puisque c’est devenu un centre d’interet important, mais j’ai du mal a comprendre que ce soit devenu le SEUL centre d’interet et que les amis qui ont d’autres sujets de conversations soient d’un coup devenus moins interessants. Et j’ai encore plus de mal a le comprendre quand je passe en France une fois tous les deux ans et que je me casse la tete a faire des trajets pour voir des amis. Si on prend le cas inverse et qu’un ami se trouve dans mon pays a 10000km de France, evidemment qu’il devient en top priorite qu’on se retrouve meme si c’est a minuit et que je suis tres occupe, ca coule de source pour moi…

    Tiens cela me rappelle que la derniere fois un de mes plus vieux pote a du “negocier” avec sa femme pour que je passe une nuit chez eux alors que je passais dans leur ville. C’est quoi ce delire? Depuis des annees quand je passais dans leur ville une fois tous les 2 ans je passais 2 ou 3 jours chez eux mais maintenant qu’il y a un enfant, meme une soiree en coup de vent c’est quelque chose a negocier alors qu’on se connait depuis plus de 10 ans? Je suis preneur des commentaires des mamans de ce blog sur le sujet ;)

    Quand on est ado, c’est le moment merveilleux où on peut recruter des gens très très différents de soi. Et ce qui est une richesse tant qu’on est jeune va petit à petit devenir une source de tensions, voire de jalousie, d’où les amitiés de 20 ans qui volent brusquement en éclats sans qu’on comprenne bien pourquoi. => tres bon commentaire de LETOILE qui fait echo a mon propre parcours. Sans rentrer dans les details, je suis issu de famille monoparentale tres pauvre et j’ai monte petit a petit dans l’echelle sociale (par les etudes avec mon Bac+5 puis dans une carriere d’entrepreneur a l’international depuis 15 ans). Mes amis le sont devenus car je pense qu’entre autres ils aimaient bien ma personnalite de petit malin qui essayait de sortir de sa condition de pauvre en trouvant a chaque fois des opportunites, mes amis etant de classes moyennes voir riches. Mais au fur et a mesure des annees, je pense qu’une certaine jalousie s’est cree a la place de la bienveillance car au final j’ai une vie d’entrepreneur a l’international plus fun, plus excitante que la leur. Surtout qu’au depart j’ai eu droit a des conseils du type “tu vas jamais y arriver, pourquoi tu pars si loin, etre entrepreneur c’est complique, etc.” Du coup un gap se cree de plus en plus avec eux, surtout que je perdure depuis 15 ans dans mes activites, alors que moi je suis toujours ouvert et je me casse toujours la tete a tenter de les voir quand je passe en France. Et je suis toujours choque d’entendre “ah tu es en France la? Ah je peux pas j’ai telle chose a faire, prochaine fois…”. C’est pas comme si j’habitais a 5km et qu’on pouvait remettre a la semaine prochaine, c’est pas comme ci moi-meme je n’etais pas tres occcupe et pourtant j’arrive a trouver du temps pour les amis. Donc a un moment je preferais autant qu’on me dise “bon en fait je ne suis plus interesse par te voir parce qu’on est plus sur le meme niveau”, au moins ca serait franc et ca m’eviterait de perdre mon temps…

    23 avril 2018 at 08:23
    • Reply MamaFunky

      Merci pour ton point de vue masculin ! Ca fait du bien !
      Alors si je peux me permettre, moi, mon mari sort seul voir ses potes et à l’inverse je sors aussi seule avec mes copines. Ca je pense que ça dépend des couples.
      Mais c’est vrai que l’arrivée d’un enfant bouscule quand même pas mal les choses. On est souvent beaucoup plus fatigué. Et certains amis sont prêts à faire des effort quand d’autres non.
      Moi je n’ai qu’un seule amie qui ait fait ce genre d’effort quand son petit était encore tout petit. Effort que j’ai fait aussi pour elle. Bref ce n’est pas simple, et surtout je pense qu’il faut faire avec le fait que les gens changent.

      23 avril 2018 at 09:35
      • Reply Ronchon

        Merci de la reponse!
        A mon humble avis l’arrivee d’un enfant c’est plutot la bonne excuse pour moins voir l’entourage avec qui on souhaite consciemment ou inconsciemment couper les ponts. L’arrivee d’un enfant, ca n’empeche pas d’aller bosser. Evidemment on est plus fatigue, mais ce n’est pas au poins d’arreter de bosser pour la majorite des cas. Or voir un ami, c’est quand meme un peu moins complique qu’aller bosser, surtout s’il vient a domicile pour papoter sur le sofa. Conclusion, si on a assez d’energie pour aller bosser mais qu’on a pas cette energie pour voir un pote, il faut pas se leurrer, c’est tout simplement qu’on a pas une profonde envie de le voir…

        Sinon cela me fait penser qu’il y a une certaine categorie de gens qui font rimer l’arrivee d’un enfant avec un changement radical de la vie, limite une revolution. A un moment faut arreter de delirer, oui ca fait un changement, oui il faut s’accomoder et changer un peu sa facon de vivre, mais faut pas non plus faire croire que c’est un cataclysme comme certains essayent de le faire croire pour se donner bonne conscience sur leurs nouvelles facons de faire.

        23 avril 2018 at 20:05
        • Reply MamaFunky

          pour certains c’est un cataclysme. Ceux qui n’étaient pas prêts à avoir des gosses :D !!!

          23 avril 2018 at 21:15
  • Reply Mo

    Ce sujet m’interpelle aussi. J’aime l’intervention masculine de Ronchon. C’est vrai que l’arrivée d’un enfant peut donner la bonne excuse pour ne pas faire quelque chose qu’on n’a pas grande envie. C’est triste que ce soit ainsi…pour l’homme, pour la femme, pour l’enfant et pour l’entourage. Et peut-être que finalement ne pas aller voir un copain ou un ancien ami c’est en fait juste de l’inertie…ce n’est même pas l’autre personne qui est à l’origine de notre manque d’envie de le voir mais tout court le fait que le fait de le faire venir, le fait de le voir en ville nous oblige à faire des choses en plus, en plus de ce qu’on a déjà à faire. Des fois ça oblige à nous voir dans les yeux de notre ami et ce n’est pas si simple… L’arrivée d’un enfant bouscule des fois l’image de soi!!
    L’article m’interpelle puisque j’ai déjà perdu deux amies et un ami. Aujourd’hui j’ai failli perdre encore une amie mais on s’est vues, et ça c’est très bien passé. Je l’ai retrouvée.. Je crois que ces pertes veulent aussi montrer que la vie change, que nous changeons, en allant en profondeur ou au contraire, et qu’il sera peut-être mieux aussi de changer de perspective. Voir les choses par leur lunettes…
    Surtout je crois qu’un jour je comprendrai pourquoi j’ai perdu l’envie d’être l’amie de ces personnes ou pourquoi elles ont perdu l’envie de continuer leur chemin avec moi. C’est peut-être la vie qui s’en chargera.
    Comprendre…

    29 avril 2018 at 00:08
  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.