Running : l’après-blessure

running blessure

Hello les filles !

Après ce rendez-vous loupé avec le marathon de Paris ; après cette blessure au tendon d’Achille ; après ce rendez-vous avec ce médecin du CREPS, j’ai eu besoin de me confier à vous.

Le running un sport accessible


Jusqu’à présent je courais sans vraiment être coachée. Je n’ai pas d’entraineur. Je n’ai pas de professeur. D’ailleurs a-ton besoin d’un prof pour apprendre à courir ?

Je pense que oui. Car voilà 2 ans que je cours, et 2 ans que je fais plus ou moins n’importe quoi.
Courir est finalement très accessible. N’importe qui le peut.
Mais il est facile de faire n’importe quoi. Et en même temps si personne ne vous le dit, vous ne saurez jamais que vous faites n’importe quoi. Jusqu’au moment où vous vous blesserez…

C’est ce qui m’est arrivé pendant ma préparation pour le marathon de Paris. Je pensais pourtant que tout irait bien.
Bonnes chaussures. Bonnes semelles. Plan d’entrainement.

Sauf que j’avais oublié un détail : la patience. Mon ENORME point faible. Je rêve de mon marathon depuis que j’ai couru mon 1er 10km. J’ai toujours eu tendance à la démesure. Sauf que dans le sport, ça fait mal.

Patience et progressivité


Ce rendez-vous avec un médecin du sport a remis les pendules à l’heure. D’abord il m’a expliqué pourquoi la progression et la patience étaient impératifs. Rome ne s’est pas faite en un jour. Un marathon non plus. Le corps ne peut pas endurer une charge d’entrainement trop importante d’un seul coup. Il faut y aller progressivement, et surtout écouter son corps.

Une séance de loupée ce n’est pas la mort. Mieux savoir s’arrêter pour reprendre de plus belle quelques jours après.

Mais tout ça je le sais. Sauf que je ne me l’applique pas. Je pense que je ne suis pas la seule heureusement, mais ça ne me rassure pas.
Je reprends doucement le running, kilomètre par kilomètre pour ne pas flinguer mon tendon encore fragilisé. Je fais religieusement mes exercices de rééducation.

Et je doute. Je doute sur la capacité de mon corps à pouvoir endurer tout ça. Et je me demande parfois (enfin quand je n’ai pas le moral) pourquoi je lui fais endurer tout ça. Est-ce que ce rêve de marathon n’est pas un challenge trop élevé pour moi.
Moi et ma santé en bois.

Quand le mental en prend un coup


Aujourd’hui, les inscriptions au marathon de Paris 2017 sont ouvertes. Et j’hésite.
Autant l’an dernier j’ai foncé tête baissée et je me suis inscrite.
Autant cette année j’hésite. Je cogite. Je ne sais pas… Cette 2ème blessure m’a atteint plus que ce que je pouvais l’imaginer. Même s’il s’agit d’une toute petite blessure…

marathon de Paris 2017 Inscriptions

Mon mental, que je pensais d’acier, en a pris un coup. J’espère passer vite à autre chose….
Pas de course en vue prochainement. La prochaine à laquelle je me suis inscrite est le marathon de Nice-Cannes le 13 Novembre en relai 2 x 21,1 km.

Mais en attendant il va falloir reprendre tranquillement le running et surtout autrement pour ne pas me reblesser

Suivre:

6 Commentaires

  1. 6 avril 2016 / 09:28

    Le running n’est pas un sport aussi facile qu’on le dit, il faut être patient, écouter son corps, et surtout ne pas trop en abuser ;-).
    Je n’ai pas de prof non plus mais j’ai un collègue qui lui court depuis longtemps et il m’apprend 2/3 astuces.
    Ici le premier marathon est prévu l’année prochaine, avec la grossesse j’ai du faire une pause de plus d’un an, mais la reprise depuis Janvier est plutôt bonne.
    Doucement mais sûrement comme dirait l’autre.
    Bon courage en tout cas pour ta reprise, et bon running :) !

  2. Coelho Péguy
    6 avril 2016 / 12:32

    Depuis dimanche je rêve marathon 2017, mais voila je reprends le running apres 3 mois d’arret pour raisons professionnelles, et j’en chie grave, pour 5 petits kilometres..
    Je suis comme toi, pas d’entraineur, pas de coach, tout au feeling et en m’inspirant des differents conseils puisés ici et là.. Mais helas comme toi j’en veux toujours plus, toujours plus vite.. C’est plus fort que moi!!!
    L’an dernier a cause d’un surentrainement bim une tendinite de la pate d’oie, et rebelotte 2 mois d’arrêt.. A chaque fois je me dis  » cette fois j’y vais mollo, comme une debutante..  » et a chaque fois j’en fais trop!!!
    Pour moi objectif marathon de paris 2018 pour mes 40 ans.. Bref le running ce sport ingrat que j’aime tant et qui parfois nous donne bien des tourments..
    Bon courage pour la reprise et bon run!!

    • 6 avril 2016 / 13:03

      et oui je crois qu’on est un peu toutes pareil….
      Bon courage avec de la persévérance et de la régularité on va y arriver !

  3. Catherine
    8 avril 2016 / 17:51

    J’ai vécu une expérience similaire car je me suis mise à la course sans consulter un coach sportif. Résultat : je me suis fais mal aux deux genoux. Ma rééducation a durée 5 longs mois et maintenant encore je porte des genouillères pour faire du sport et je ne peux pas m’agenouiller, ni faire des séances de danse de trop longue durée. J’ai arrêté définitivement la course.
    Bon courage à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *