Quelles solutions pour les handicapés de France ?

Hello les filles !

Aujourd’hui un autre « pavé dans la marre« . Décidément j’en ai gros sur la patate en ce moment.
Cette fois-ci, mettons de côté les sujets légers et attaquons-nous à un véritable problème. Dernièrement j’ai lu un article qui circulait sur les réseaux sociaux, et qui m’a fait réagir. Il s’agit de cet article du magazine Marie-Claire.

Ce qui m’amène à vous dévoiler une autre partie de ma vie. Décidément vous allez finir pour tout savoir.

Je suis l’ainée du fratrie de 3 filles. Ma première petite soeur est née quand j’avais à peine 2 ans. Les souvenirs que je vais donc partager avec vous sont des souvenirs d’enfants. Des choses vues à travers des yeux d’enfants.

sarah et moi

Bref, ma soeur est née, j’ai 2 ans et 1/2, et honnêtement je ne me souviens de rien. Même pas de son séjour à l’hôpital à quelques mois de vie. Même pas de l’inquiétude de mes parents. J’ai 2 ans 1/2 je suis trop petite pour m’en rappeler.
Les premiers souvenirs que j’ai de ma soeur et moi, c’est quelle aimait bien lécher mes sucettes Chupa-Chups. Elle a toujours été très gourmande et l’est toujours aujourd’hui.

J’ai donc 2 ans 1/2 ou peut-être déjà 3 ans. Et ma soeur est malade. On mettra plusieurs années pour mettre un nom sur tout ça : syndrome de Rett.
Mais pour moi, j’ai juste 3 ans et ma soeur… et bien… c’est ma soeur c’est tout !
Je grandis avec elle sans me dire qu’elle est bizarre ou pas comme tout le monde. C’est ma soeur, elle ne parle pas, ne marche pas. Mais elle adore les Chupa-Chups.

Elle n’est jamais allée à l’école. Ma mère a bataillé pour que ma soeur ait une place dans des écoles alternatives, type Montessori. Pour voir si ca lui faisait du bien, si ça lui correspondait.
Mais ma soeur souffrant d’un handicap trop lourd, elle a du rapidement s’apercevoir que ça ne collait.

Ensuite mes souvenirs sont flous. Je me souviens que ma soeur partait tous les matins à l’école. Une sorte d’hôpital de jour dans lequel allaient les enfants dont on ne savait pas quoi faire. C’était l’idée que je m’en faisais.
Et chaque soir, elle rentrait. Enervée. Sale. Triste.

Mais à l’époque, il y a 30 ans, quelle solution avaient mes parents ? Surement pas moins que maintenant.

Aujourd’hui ma soeur va avoir 33 ans. La structure dans laquelle elle allait n’accueillait les enfants que jusqu’à 15 ans.
Il a fallut trouver une autre structure. Mais, en France, visiblement on a un peu de mal avec ce qui sort du moule. Ce qui n’est pas ordinaire.
Alors mes parents ont cherché un endroit, un centre pour ma soeur. Et ils n’ont rien trouvé d’acceptable pour elle. Rien trouvé d’humain.

C’est à l’étranger que vit ma soeur désormais. Dans un centre où elle est considérée comme un être vivant normal. Comme un humain normal. Comme une jeune femme de 33 ans un peu trop gourmande.

Alors certes oui ce centre a un coût. Parce qu’aujourd’hui les familles d’enfants handicapés doivent payer des instituts et centre privés pour leurs enfants.
Mais, la consolation dans notre cas, c’est que nous sommes tombés sur un institut privé dans lequel ma soeur vit aujourd’hui une vie comme elle n’aurait jamais pu en rêver en France.
Et c’est anormal qu’un pays comme la France ne prenne pas plus au sérieux  le cas des handicapés. Pour décharger un peu ces familles qui vivent l’enfer pour offrir à leurs enfants une vie décente.

L’article souligne aussi ce point que je trouve juste dingue, ce business que certains font sur le dos de ces familles. Car en Belgique, il existe des « usines à Français » !!!
Heureusement ma soeur n’est pas en Belgique. Et les coûts de son institut privé sont légitimes. C’est cher, mais mais soeur est bichonnée. Sa vie est douce et paisible. Elle est respectée.

Les gens qui profitent du malheur et de la faiblesse des autres me font gerber. Mais malheureusement, c’est un cercle sans fin.

A quand une véritable réglementation européenne pour nos handicapés ?

Suivre:

12 Commentaires

  1. 23 septembre 2015 / 06:38

    Il y a en effet tellement à faire !
    Je suis pas touchée de près par le handicap (si ce n’est qu’en ce moment, je travaille pour qq mois, à la MDPH) mais à travers des jolis et poignants documentaires que j’ai pu voir, je constate en effet que ce n’est pas le tout de donner des décisions positives. Encore faut-il qu’il existe réellement des endroits pour accueillir les handicapés de façon à ce qu’ils soient chouchoutés comme ils en ont besoin. Et oui, ceux qui font du fric sur notre système défaillant sont à gerber. En France, on a vraiment beaucoup de progrès à faire que ce soit en structures d’accueil ou d’accessibilité.

  2. 23 septembre 2015 / 07:51

    Cette situation existe depuis si longtemps que je me demande si un jour, notre gouvernement trouvera une solution …. Pour le coup, je suis défaitiste. Heureusement, il y a beaucoup de parents concernés qui ont le courage, la force de monter des projets, de mettre en place des actions.
    En attendant, beaucoup de famille souffre, parents, enfants, et c’est inacceptable <3

  3. cleopat
    23 septembre 2015 / 09:31

    Je suis triste car depuis 30 ans ça n’a pas beaucoup évolué ! mais je suis contente que ta soeur soit dans un centre à visage humain !
    J espère qu un jour tous les enfants, quels qu ils soient, auront droit d’être différents! Et que leur différence ne leur fermera pas toutes les portes !
    Et qu’on n’oubliera pas que ces enfants, devenus adultes, ont aussi droit de vivre dignement !.Et que leur handicap ne sera pas un parcours du combattant permanent pour leurs parents !
    Un jour, mais quand ? ça avance, mais pas assez vite, pas assez ,et pas partout ! :(

    • 23 septembre 2015 / 11:17

      et malheureusement je crois qu’il y aura toujours de malhonnêtes gens qui abuseront des plus faibles.

  4. 23 septembre 2015 / 11:00

    Merci de partager avec nous ce bout de ta vie pour pousser ton coup de gueule et essayer de faire bouger les choses !

    • 23 septembre 2015 / 11:18

      ce serait bien…. Parce qu’avec un gouvernement de gauche qui fait dans le social…. On pourrait imaginer qu’il s’intéresse au sort des handicapés…

    • 23 septembre 2015 / 11:19

      tu vois ma Zaza, même si l’Etat ne s’intéresse pas à ton fils d’amour, sache que tu n’es pas un cas isolé… Par contre on est des milliers touchés de près ou de loin à pouvoir t’aider. Te soutenir. T’écouter.

  5. 23 septembre 2015 / 13:33

    mais comme tu as raison!! et comme c’est pas normal qu’un enfant handicapé doive soit être traité comme un chien en france, soit partir vivre loin pour avoir une vie décente…. c’est lamentable… et comment font le familles qui ne peuvent pas se le permettre?? et ne peuvent pas avoir d’aide?? elles sont détruites et tout le monde malheureux… il y a vraiment du boulot dans ce pays…

  6. Owe Naa
    23 septembre 2015 / 14:18

    Merci de nous avoir fait partagé cette part de vie avec nous.
    L’handicap est un sujet difficile a aborder, car en France tres peut de chose sont faite pour eux, pourtant ce sont des personnes comme les autres et peut être même meilleur que certaine personne.
    J’ai connut ça aussi pas d’aussi près que toi mais j’ai malheureusement une cousine dont je suis proche qui est trisomique et ça mère a du lutté pour trouvé un centre adapté, elle a eut la chance de trouver une structure en France qui proposé des studios au personne différente ( j’aime pas trop le mot handicapé), elle vie maintenant comme tout le monde et a même trouvé un amoureux ,

    Elle a eut de la chance d’avoir trouvé cette structure car il y en a peux en France et c’est vraiment dommage comme le fait que pour scolariser un enfant handicapé c’est un vrais parcour du combattent , comme si la vie des familles n’en était pas déjà un.

    Mais malheureusement un handicapé n’est pas forcément rentable pour l’état ( le vrais problème il est la) pourquoi l’état se soucierai de personne qui malheureusement lui rapportera pas d’argent car elles ne travailleront pas, ne payeront pas d’impôts ect ….

    J’espère en tout cas que l’un jours nous aurons un président qui a était touché de près ou de loin part ce problème et que les choses bougerons enfin

    Tout être vivant a droit de vivre dignement dans son pays :)

    Dsl je me suis un peux emporté je crois que j’ai écris un petit roman , tout ça pour vous dire merci de nous avoir dévoilé cette partis de votre vie et celui de votre sœur :)

  7. 24 septembre 2015 / 09:30

    Ohhh Julie, je ne savais pas. Je suis très émue de lire ton article.
    C’est tellement triste d’en avoir à aller à l’étranger pour avoir une « solution ».
    Merci de partager ce petit bout de vie avec nous.

    • 24 septembre 2015 / 11:39

      Et oui je n’en parle pas parce que pour moi ma soeur c’est ma soeur c’est tout. Heureusement dans cet éloignement elle a réellement trouvé une seconde famille.
      Et un lieu de paix et d’amour dans lequel elle peut vivre une vie impossible en France.
      Et chaque fois que nous y allons c’est un moment de fête. Vivement le 22 Octobre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *