MAF ? Et après ?

img_4047

Hello les filles !

Aujourd’hui j’avais envie d’aborder un sujet « bien dans l’air du temps ». Car oui, si tu es maman, il y a de fortes chances que tu sois confrontée à cette grande question : et après ?

La réalité


Avez-vous remarqué le nombre de mères qui ne travaillent pas depuis qu’elles ont eu un enfant ?  Par choix ou non, elles sont à la maison, et on donc mis en pause leur vie professionnelle.

Moi la première, puisque pour différentes raisons non-volontaires, je me retrouve aujourd’hui à maison à m’occuper, entre autre, de mes kids.
Mais depuis quelques temps, depuis que mes enfants grandissent, je me pose er repose cette sempiternelle question : et après ?

Que vais-je faire de ma peau après, quand mes enfants deviendront autonome et qu’ils n’auront plus besoin de moi à la maison.
Je situe ce moment à peu près au niveau de l’entrée au collège. Avant je trouve qu’ils sont encore petits (c’est la maman-poule qui parle). Donc disons dans 5 ans, que ferai-je ?

Et après ?


J’ai voulu savoir si d’autres mamans dans ma situation se posaient aussi la même question. Le constat est assez clair ; toutes aimeraient reprendre une vie professionnelle. Mais pas dans leur domaine de base. Car souvent après une trop grosse pause, il est difficile de reprendre là où on s’était arrêté.

Alors elles parlent de reprise d’étude. J’y songe moi aussi, même si je sais que reprendre des études à 40 ans c’est extrêmement plus difficile qu’à 20.
Mais reprendre des études pour faire quoi ? A 40 ans a-t-on les même envies, les mêmes aspirations, les mêmes exigences qu’à 20 ans ?
Et une fois diplômée, lors de l’entretien d’embauche, face à une jeunette de 20 ans, notre CV fera-t-il le poids ?

D’autres ont monté leur petit business en auto-entrepeneur et s’en satisfont bien comme ça, ou espèrent le faire prospérer encore un peu plus une fois les enfants plus grands.

Autant de questions que je me pose et que des dizaines d’autres mamans se posent également.

Etre maman au XXIème siècle


En fait quand on devient mère, c’est la porte ouverte à la précarité. Sous couvert de faire « le plus beau métier du monde », les mamans se retrouvent quand même en marge de la société.

Alors oui, être mère est le plus beau métier du monde.
En fait non. Ce n’est pas un métier en fait. On n’est pas mère comme on est docteur ou boulanger. D’ailleurs les docteurs ou les boulangers peuvent aussi êtres des mères.

Etre mère ce n’est donc pas un job, on ne fait pas d’étude pour ça. Un jour on est nullipare et hop 9 mois après on devient mère.

Pourquoi donc la société nous catalogue dans cette case de « mère au foyer – le plus beau METIER du monde ». Pourquoi après avoir fait une pause nécessaire pour s’occuper et prendre soin de nos petits, ne pourrait-on pas reprendre une vie professionnelle avec un vrai job qui nous correspondrait.

En fait la vraie question c’est pourquoi doit-on être « punie » d’avoir fait le choix de nos enfants plutôt que le choix d’un boulot ?


Le débat est ouvert, j’aimerai bien avoir votre avis sur la question. Bien évidemment il n’y a aucune mauvaise réponse

PS : la photo n’a aucun rapport, mais je nous trouve beaux !

Suivre:

7 Commentaires

  1. samantha
    6 octobre 2016 / 08:58

    Moi j’étais MAF et je suis devenue assistante maternelle MAIS je travaillais avec les enfants depuis 10 ans quand j’ai eu mon fils. Cependant, c’est un réel mal être dû en partie à l’isolement, les tâches ingrates de la maison et la dévalorisation de ma situation, mais surtout à ma dépendence financière au papa ( quipeut donc partir et me laisser SANS RIEN) qui m’a poussé à reprendre.Je ne touche qu’un pauvre salaire de mi temps car je n’ai qu’un seul enfant, mais je peux excercer mon métier en ayant un oeil sur mon fils ( qui en plus a des troubles donc …)
    Quand je vois la belle mère, que j’admire vraiment beaucoup, qui a été toute sa vie MAF mais aussi bénévole quand ses enfants sont devenus grands, qui a passé une licence sans s’en servir à des fins professionnelles, je ne peux que féliciter et admirer ces femmes qui y arrivent !!!

  2. Adeline
    6 octobre 2016 / 10:41

    Je ne suis pas MAF, donc je n’ai pas vraiment d’avis sur la question.
    Par contre je suis un peu chagrinée par ça « d’avoir fait le choix de nos enfants plutôt que le choix d’un boulot ? »
    Je travaille, et je ne ressens pas pour autant de n’avoir pas « choisi ma fille ».
    On peut faire les deux, on peut aussi n’en faire qu’un mais le choix (ou la nécessité) de travailler n’exclut pas le choix de ses enfants selon moi. Je trouve cela hyper violent comme messages pour les mamans qui doivent / veulent travailler

    • 6 octobre 2016 / 11:00

      Bien évidemment on peut tout à fait faire les 2. Si tu as un patron assez coopératif pour te laisser quitter ton job a 17h alors bingo tu as tout gagné, et tu as aussi énormément de chance.
      Malheureusement ce n’est pas le cas de beaucoup de mères autour de moi, qui ne peuvent pas être à la maison avant 19h. Et en étant à la maison à 19h comment faire les 2 ? Profiter de ta vie pro et de tes enfants.
      Mon message n’est pas violent c’est une réalité. Pas pour tout le monde fort heureusement. Mais avouons-le, les mamans ne sont clairement pas aidées. C’est un fait.

      • Adeline
        6 octobre 2016 / 11:54

        C’est mon cas, je rentre à 19h15 et ma fille est couchée à 20h00. C’est vrai les semaines sont denses, mais nous avons organisé notre emploi du temps pour faire en sorte que les WE lui soient entièrement dédiés.

        • 6 octobre 2016 / 15:33

          Alors si tout le monde y trouve son compte c’est parfait.

  3. 6 octobre 2016 / 11:31

    c’est une véritable question et un problème de société. Et je crains que les années à venir n’aille pas dans le bon sens pour le retour au travail… :( C’est véritablement injuste je suis d’accord. Et c’est bien pour ça que je m’accroche à mon boulot comme une moule à son rocher ;) Des bises

    • 6 octobre 2016 / 11:38

      Si ton boulot te plait alors c’est encore mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *